Bienvenue cher visiteur
Veuillez vous inscrire ou vous connecter

  Nom d’utilisateur:   Mot de passe:   
Index  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  S’enregistrer
 Se connecter pour vérifier ses messages privés
  Identification de cadavre
Sauter vers:    
  Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet medmatiq Index du Forum » Médecine » 2èm cycle " 3 , 4 et 5 ème année " » Santé publique et Medecine sociale
    
Auteur Message
hana
Metal
Metal

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2009
Messages: 25
Localisation: alger
Féminin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 36
Moyenne de points: 1,44
MessagePosté le: Mer 20 Jan - 19:58 (2010) Répondre en citant

 

 

               IDENTIFICATION

 

 

 

           I*Généralités / définitions :
 

                L’identification est l’utilisation de divers moyens pour identifier des personnes , des débris ou des traces d’origine humaine , chaque individu vivant ou mort se distingue par un ensemble de signes qui permettent d’en préciser l’identité et l’étude de ces signes constitue l’identification .
              L’identification médico-légale est pratiquement réservée à la médecine légale judiciaire , son importance longtemps limitée au crime s’est considérablement étendue avec la fréquence des accidents aboutissant à la carbonisation ou la destruction presque complète des cadavres ( accidents d’avion par exemple ) .
 

 

       Buts de l’identification :
              Dans le cadre civil : à la recherche de signes de similitude dans le but d’identifier un sujet , peut s’imposer chez l’enfant ( enfant perdu …) , chez le sujet âgé ( démence , perte de papiers d’état civil….)
              Dans le cadre pénal : il peut s’agir de l’identification de la victime ou du criminel , la description détaillée aide à la découverte d’un sujet recherché , les traces laissées sur les lieux d’une infraction ( scène de crime ) aident à l’identification de la personne qui les a produites .
 

       II* Méthodes d’identification :
 

                Plusieurs méthodes ont été utilisées , l’identification d’un individu est due à Bertillon  qui a établi en France pour la première fois les règles de l’anthropométrie criminelle , et grâce aux progrès de la génétique , l’identification par l’ADN a beaucoup servi à résoudre plusieurs problèmes posés par l’identification .
 

                    A-Méthodes d’identification des sujets vivants :
 

  1*méthodes subjectives : font appel au témoignage qui est une trace sensorielle fragile ,sujette à de nombreuses causes d’erreur , la taille , l’aspect de la figure , les difformités , la démarche , sont autant d’éléments constitutifs de cette méthode incertaine d’identification .
 

    2*méthodes scientifiques :
a-    photographie :de face  et de profil peut rendre service en première approximation .
b-   portrait parlé : c’est une description de caractères sélectionnés du visage , cette description porte sur la forme , les dimensions et l’inclinaison du front , le nez , les oreilles  .
 

                     
1 
 
 

        3*signes particuliers : ce sont les cicatrices , les tatouages , les marques  professionnelles ,( durillons des mains ) , la couleur des yeux ,qui complètent le signalement descriptif .
 

         4*anthropométrie : elle est basée sur la mensuration de certaines dimensions du squelette ou parties de l’organisme : taille totale , longueur de la tête , largeur de la tête , longueur du  pied droit  , longueur de l’avant bras gauche , complétée par la couleur de l’iris .
 

         5*dactyloscopie : les dessins formés par les crêtes papillaires cutanées au niveau de la pulpe des doigts sont identiques pour un sujet donné  durant toute sa vie . Ces dessins sont différents pour chaque individu , les images variées peuvent être classées en cinq grands types :
 

           groupe 1 : ou arcs , composés par des courbes superposées à concavité inférieure , sans delta ni point central .
 

           groupe 2 : ou boucles à gauche , formées de lignes en forme d’anse ouverte vers la gauche du dessin avec un point central et un delta placé à droite .
 

           groupe 3 : ou boucles à droite , dont le dessin est  inversé du précédent .
 

           groupe 4 : ou volutes simples , développés en spirales autour d’un centre , avec 2 deltas .
 

           groupe 5 : ou volutes doubles avec deux centres et deux deltas .
 

 
 
 
 
    Une formule signalétique peut ainsi être composée en assignant à chacun des doigts des deux mains le type de son empreinte .
 

 6* étude de l’ADN : les séquences de base de l’ADN sont propres pour chaque individu , leur études permet une identification précise et certaine .
 

  7*autres méthodes :
-identification vocale : par l’analyse en fréquence du timbre de la voix . 
               -     groupes sanguins .               -    graphoscopie : identification par l’écriture .                                   2
 
 
 
             B - Méthodes d’identification des cadavres :
 
     Les mêmes méthodes peuvent être utilisées , leur utilisations est cependant modifiée parfois par les phénomènes de putréfaction .
 

          1*le sexe : ne pose pas de problème devant un cadavre entier , sauf en cas de mutilation du cadavre ou du squelette , sa détermination se fait par la recherche du sexe chromatinien sur les cellules conservées .
 

          2*âge : peut être donné approximativement par l’étude de l’ossification , surtout chez le fœtus ou le jeune enfant ( points d’ossification en évolution rapide )
 

           3*taille : la mensuration est suffisante , dans certains cas la mesure des os permet le calcul de la taille .
 

            4*odontologie : l’examen des la denture du cadavre estune méthode très utiles , identification lors des grandes mutilations ( carbonisation , accident d’avion …)
 

            5*groupes sanguins .
 

            6*empreinte génétique .
 

 

IDENTIFICATION PAR LES OS : 

 
 
 
   Il se pose en médecine légale lors de la découverte d’un cadavre putréfié ou carbonisé des problèmes dont le principal concerne la détermination de l’identité ,quand on ne  dispose que du squelette ou des ossements découverts car tous les caractères signalétiques sont brouillés , une telle identification est facile à résoudre lorsqu’il s’agit d’un squelette entier , mais elle devient difficile si l’on ne dispose que de quelques pièces osseuses qui ont subi en plus l’action du processus de destruction. 
    Il est nécessaire de déterminer ensuite le nombre des os et le nombre des sujets dont les os proviennent en essayant soigneusement par leur classement de reconstituer le squelette
 

  .
I*Détermination de l’origine humaine :
     Elle se fait à l’aide de 3 méthodes : ostéologique , histologique et sérologique 
 

     A-Méthode ostéologique : fondée sur l’ostéologie et  l’anatomie comparées ,  
 

Indice médullaire des os longs = diamètre minime du canal médullaire
                                               diamètre minime de la diaphyse
 


l’anthropométrie  et la morphologie des os humains ainsi que sur « l’indice médullaire des os longs « .
 

     
 

3
 

 

 

 

oshommefemme
Humérus                  Radius               Cubitus
                Fémur
                  Tibia
                péroné
0.561              0.425              0.439
              0.507
              0.552
              0.499
   0.620              0.472              0.479
              0.519
              0.592
              0.514

 
   - chez l’homme adulte , IM = 0.45   - IM > 0.50 chez l’animal
  - 0.15 < IM < 0.48 chez le fœtus humain .
   - chez le fœtus ou nouveau né , les os n’ont pas les épiphyses soudées à la diaphyse comme chez les petits animaux , le squelette du fœtus est composé seulement de diaphyse et de noyaux d’ossification qui ne peuvent être reconnues que par confrontation avec des pièces de comparaison .
 

         B-Méthode histologique : elle étudie l’architecture de l’os humain en général ,  le système de Havers (ensemble des ostéoplastes et des canaux ) , c’est le diamètre moyen et le nombre de ces canaux , l’épaisseur moyenne des couches comme la longueur moyenne des ostéoplastes qui nous permettent la détermination de l(‘origine de l’os .
Le nombre des canaux est d’environs 08 /mm²  chez l’homme , et > 13 chez l’animal , leur diamètre est de 30-46 cm ( toujours > 25 cm )
                    
 
       C-Méthode sérologique : on met en présence l’anti-sérum humain et le liquide de la macération de poudre d’os ou mieux encore le liquide de macération de la poudre d’os avec les débris organiques adhérents à l’os , s’il s’agit d’un os humain , on voit un précipité blanchâtre .
 

.
II*Détermination du sexe :
     La différenciation sexuelle pendant la période de la vie intra-utérine et pendant les premières années de la vie n’a pu encore se manifester au point qu’une détermination du sexe au moyen de squelette soit possible , mais chez l’adulte , certains os fondamentaux comme ceux du crâne ou du bassin présentent un intérêt significatif par leurs caractères
 

 

 

 

 

 

 

                                                4
 

 

 

 

 

 

 

HOMMEFEMME
 
 
Crâne 
 
 
 

 


 

-front fuyant
-saillie des bosses sourcilières et de la glabelle surplombant la racine du nez –articulation fronto-nasale anguleuse 
rebords orbitaires épais-apophyses mastoïdes proéminentes servant de point d’appui d’où sa stabilité
-maxillaire inférieur épais , poids moyen 80 gr
-crâne plus lourd
 

 
 
-front plus droit
-effacement des bosses sourcilières et la glabelle
-articulation fronto-nasale courbée
-rebords orbitaires plus tranchant
apophyses mastoïdes moins développées  d’où manque de stabilité
-maxillaire inférieur moins lourd , poids moyen 63 gr
-crâne plus léger et moins épais
-apophyse styloïde longue et grêle
 
 
Fémur 
 
 
-diamètre vertical de la tête > 47 mm
-diamètre vertical du col 34 mm
-diamètre vertical de la tête 42 mm
-diamètre vertical du col 29.5 mm
Humérus 
 
 
-grand diamètre vertical de la tête  48.5 mm
-grand diamètre vertical de la tête 42.6 mm

 

 

 

.
 

 

 

          
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HOMME
FEMME
 

Os iliaque
 

 
 
 

-grand axe (sa) oblique en bas , parallèle au bord externe
-grande ouverture (co) à angle aigu
-petite ouverture (cp)=3 à 18 mm, moyenne de 10 mm
-sillon péri auriculaire inconstant , étroit et peu profond (1)
 

 
 
-grand axe (sa) horizontal , perpendiculaire au bord externe du sacrum
-grande ouverture (co)presque à angle droit
-petite ouverture (cp)=10 à 31 mm
-sillon péri auriculaire large (5-10 mm ) et profond (1)
 

 

    *-chez l’homme , le bassin a un développement surtout vertical, le détroit supérieur est en forme de cœur de carte à jouer  , les fosses iliaques sont assez étroites  , assez verticales .
 
      -chez la femme , le bassin est plus développé dans le sens transversal , le détroit supérieur est elliptique ou réniforme , les fosses iliaques plus affaissées , plus étalées en dehors .      
                                                               6
 

 

  *le trou obturateur est ovalaire chez l’homme ; large et triangulaire chez la femme .
 
  *la cavité cotyloïde , large chez l’homme ; plus étroite chez la femme . 

  *le sacrum est plus long et plus étroit , concave dans son ensemble chez l’homme ; plus court , plus large , concave surtout sur la moitié inférieure chez la femme .
 

 

II*Détermination de la race : par les indices céphaliques
 

     1- Indice céphalique horizontal =diamètre transverse max (EE) x 100
                                                                              diamètre anté-post max (GSi)
                                 
 

- crâne dolichocéphale : ovale et allongé 
( européens du nord , anglais , suédois ) 
- crâne mésoticéphale : moyen (  jaunes ) 
- crâne brachycéphale : arrondi et court 
(européens du centre ) 
    n.b : cet indice est très intéressant puisqu’il est héréditaire  

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                        7
 

 

 

      2-Indice céphalique vertical =       hauteur du crâne ( BBr)   x 100
                                                              diamètre antéro-post (GSi)
 

              

- hypsicéphale : haut ( jaune et noirs ) 
-orthocéphale : moyen ( européens ) 
                                      -platycéphale : rare ( fossiles )
B : bord antérieur du trou occipital 
 
      3-indice transverse vertical = BBr x 100
                                                        EE
         
                          -tapinocéphale : large ( européens du centre ) 
-métrriocéphale : moyen ( jaune ) 
            -sténocéphale : étroit (européens du nord 
et du sud , noirs ) 
 
  4- indice facial supérieur = hauteur nasio-alvéolaire (NPr)  x 100 
                                                diamètre bi zygomatique (ZZ)
                                  8
 

 

  on distingue 3 aspects ethniques :
-   forme brachifaciale : face basse et large ( australiens , néo-calédoniens )
-   forme dolichofaciale : face haute et étroite ( européens du nord , arabes )
 - forme mésofaciale : moyenne (noirs d’Afrique )
 

       5- indice nasal = largeur nasale maximum ( NmNm) x 100
                                                  hauteur nasale ( NNs )

 

           - nez leptorhinien : étroit et long ( races blanches )
           - nez mésorhinien : moyen ( race jaune )
          - nez platyrhinien : plat et court ( noirs africains ,  australiens )
 

 

6-indice facial supérieur de profil : est mesurée par l’angle NPrH  que    forment la ligne nasion –prosthion avec le plan horizontal de BROCA .  
             
       - prognathes : noirs africains , australiens
       - mésognathes : jaunes
-         orthognathes : race blanche   
 

 

III*Détermination de l’âge :
   - Fœtus : elle peut se faire par la recherche des noyaux d’ossification et la recherche de l’état de la soudure des épiphyses aux diaphyses .
 

La formule de Balthazar et De vieux : âge ( jours ) = taille (cm ) x 5.6 

 

   
                                                      9
 

 

-   Adolescents et adultes : l’étude du processus de la synostose des sutures crâniennes  à exocraniennes constitue un élément utile pour la détermination de l’âge ; normalement , la synostose des sutures de la voûte commence à 22 ans et se termine à 47 ans dans l’ordre suivant :
 
       sagittale :    - segment antérieur :  40 –45 ans             
                                               - segment moyen : 20 –40 ans
                                               - segment d’obélien : 20 –30 ans
                                               - segment postérieur : 30 – 40 ans
 

                         coronale :    -  segment supérieur ( bregma ) : 40 – 50 ans  C1
                                               - segment moyen : très tard  C2
                                               -  segment inférieur : 30 – 40 ans    C3
 

                     lambdoïde :   - segment supérieur et moyen  après 50 ans
                                              - segment inférieur  très tard
 

                     pariéto-temporale : très tard .
 

                         
  IV *Détermination de la taille :
  La taille ou la longueur totale du corps est définitive lorsque l’ossification est terminée entre 22 – 25 ans ; ultérieurement , elle peut diminuer de 2 – 3 cm entre 40 –60  ans .
  La reconstitution de la taille par la longueur des os longs s’effectue par l’emploi des tables spéciales anthropométriques de Rollet .
 

   *si squelette entier : la taille est à hauteur de la bosse bregmatique du crâne  + hauteur du rachis + longueur du fémur + longueur du tibia ( sans les épines ) + hauteur de l’astragale et calcanéum emboîtés .
 

      taille réelle = taille squelettique +  10.8
 

*si squelette incomplet : pour mesurer la longueur des os à un millimètre près , il faut se servir de la planchette ostéométrique de Broca . Connaissant  la longueur précise d’un os , on recherche sur la table dans la colonne de cet os les longueurs osseuses de la table de Rollet qui sont relatives aux os frais encore pourvus de cartilage épiphysaire  , pour les os secs on ajoute 7 mm  pour le fémur ;  5 mm pour le tibia et 3 mm pour le rachis  .
                                                            10
 

 

IDENTIFICATION PAR LES DENTS :


 
 
         Par leur nombre , leur densité et leurs particularités anatomo-pathologiques   et prothétiques , les dents fournissent de précieux renseignements qui permettent de connaître l’espèce , la race , la taille , l’âge , la profession , les habitudes individuelles et les antécédents pathologiques .
 

                A *Origine humaine :
-         homme : morphologie (rebord alvéolaire vertical )
-         animal : racine courbée
 

     B* Races  :
-         blanche : orthognathisme de la mâchoire
-         noire : prognathisme : mâchoire saillante
 

Indice dentaire = longueur moyenne des dents  = divise les hommes en 3 :
                                                                 taille de l’individu
 

                           -   microdontes : européens
-         mésodontes : chinois , indiens d’Amérique , noirs africains )
-         mégadontes : australiens
 

C* Sexe : chez l’homme , les 2 incisives centrales supérieures sont plus     volumineuses que chez la femme .
  Chez la femme , les dents sont plus uniformes et plus égales .
 

D* Age : dents de laits , dents permanentes ( chronologie dentaire )
 

E* Antécédents pathologiques :
F* Trace dentaire : (morsure )
             
 

 

 

 

IDENTIFICATION PAR LES ONGLES 


 
 
 
 

Arme naturelle ,ils jouent un rôle actif dans un crime car non seulement laissent des traces  mais ils retiennent dans le repli sous unguéal :
 

  - sang et débris organiques ( meurtres , dépeçage , attentats aux mœurs
       - des poussières  caractéristiques d’objets volés ( chocolat ,beurre , étoffe ) ou   indicatrices du chemin parcouru ( terre , plâtre , cambouis )                                          -
      - des poils
-des lambeaux dermo-épidermiques ensanglantés
 - maladies et stigmates professionnels ( sillon de Beau )
- éléments de preuve de sévices envers les enfants ( sous alimentation )               11
 

 

IDENTIFICATION BIOLOGIQUE 


 
 
  

                          -    tache de sang
-         tache de sperme
-         tache d’autres substances biologiques
 

1* Tache de sang :
    l’étude médico-légale des taches de sang apporte à l’enquête judiciaire des renseignements très importants se rattachant souvent à une mort criminelle .
 

     a – dépistage des taches : les taches se trouvent sur la victime , sur ses vêtements , son corps , cavités naturelles , ainsi que sur le sol ,les murs , le planches et poignées de portes  et existent aussi sur le meurtrier .
 

     b – morphologie :
-         hémorragie veineuse produit une coulée et des bavures
-          le sang artériel se projette en jet par saccades pour former des gouttelettes et des giclées
-         le contact des doigts ensanglantés  laisse des empreintes sanglantes
-         l’essuyage se traduit par des stries parallèles
-         la chute d’une goutte sur un plan horizontal forme une tache circulaire entourée de dents ; et sur un plan vertical ou oblique réalise des taches ovales qui sont plus allongées dont l’angle d’arrivée est aigu .
 

     c – identification : ne peut se faire seulement macroscopiquement à cause des fausses taches : fruits , jus d’olives , encre rouge , peinture , rouge à lèvres , rouille  .
 

           1*réaction d’orientation : une goutte oxygénée ou hypobromite de soude sur une goutte de sang fait apparaître un grand nombre de petites bulles gazeuses visibles à la loupe ;  mais avec la rouille se produit le même phénomène .
 

           2*réactions de certitude :
             - réaction d’Adler : à la benzidine en solution saturée dans l’acide acétique , en présence de sang et d’eau oxygénée donne une coloration bleue .
              - réaction de Kastle –Meyer : solution alcaline de phénol-phtaline réduite à chaud par poudre de zinc , le sang et l’eau oxygénée  d’où une belle coloration rouge 
-          

              - il faut employer simultanément les 2 réactions afin d’éviter les erreurs dues au cuivre , au nickel et la rouille .
 

 

 

                                                                              12
 

 

 

 

 

            3*réactions de certitude :
                   - on traite l’Hb par un acide , elle se dissocie et l’une de ses parties donne le chlorhydrate d’hématine qui cristallise en prisme allongé à angle aigu brun violacé ( cristaux de Teichman )
                    - spectroscopie : l’ hémochromogène alcaline , un dérivé chimique obtenu à partir de l’oxyhémoglobine du sang , son spectre présente 2 maxima d’absorption dans le visible .
                     - spectrophotographie : dans l’ultraviolet permet l’identification d’une solution sanguine .
 

     d – origine su sang : en utilisant la méthode des sérums précipitants , en diluant la substance dans du sérum physiologique , les Ac (IgG ) passent en solution , l’addition du sérum anti-humain (Ac anti IgG ) entraîne une agglutination Ag –Ac en cas de sang humain .
     La technique consiste à ajouter au surnageant obtenu après centrifugation de la solution des hématies humaines sensibilisées .
    La sédimentation de ces dernières au fond du tube signale l’absence d’IgG  libres mais l’agglutination des hématies qui restent en suspension dans le tube montre que la solution renferme toujours les Ac antihumains et qu’il s’agit donc de sang d’origine animale .
 

           e – examen microscopique :  il affirme l’origine par la mise en évidence des éléments figurés du sang , il peut orienter sur l’origine non humaine et sur le type du saignement en cause , épistaxis , règles ………par la découverte de cellules extra-sanguines , la morphologie des globules rouges , chez l’homme sont circulaires sans noyaux , diamètre moyen 7 µ .
 

       f – caractéristiques individuelles : les techniques actuelles de génétique moléculaire permettent le groupage classique et la mise en évidence du profil génétique .
 

  2*Taches de sperme :  ces taches sont particulièrement importantes en routine d’agression sexuelle , leur dépistage et leur recueil permettent une identification génétique .
 

      a – dépistage : le sperme forme des taches empressées , jaunâtres , fluorescentes aux UV .
 

     b -  recueil et examen microscopique : 
 * inhibition directe ou après humidification par une  eau stérile distillée d’un tissu ou d’écoveillon de coton . une orientation peut se faire par la recherche de phosphatase alcaline .
 

               * l’identification de certitude est assurée par la mise en évidence microscopique des spermatozoïdes .
 

 

                                                              13
 

 

               *  sur un support textile :
                   - quelques fragments de fibres sont prélevés , colorés directement sur lame par l’hématine éosine ou par le carmin ammoniacal pendant quelques minutes ; secondairement, elles sont dissociées après déshydratation dans les alcools , et passage dans le xylène ; cette dissociation se fait sur lame dans le milieu de montage , et sont ensuite recouvertes d’une lamelle avant examen microscopique qui montre les spermatozoïdes accolés aux fibres .
 

                  - Il est également possible de pratiquer une macération de la tache ou de la reprise sur écoveillon , la cyto-centrifugation de cette macération sur lame permet la coloration . Si de nombreuses cellules parasites sont présentes elles peuvent être détruites par la protéine kinase qui respecte les spermatozoïdes .
 
             * autres techniques : filtrer sur membrane qui retient l’essentiel des cellules et permet d’obtenir un filtrat ne comportant pratiquement que des spermatozoïdes ; ceux là sont colorés , cyto-centrifugés et examinés après coloration  .
 

     c – durée de vie :
              *si rapports sexuels de moins 12 h : dans la cavité vaginale d’une femme en période pré-ovulatoire ( 1 x à 14 j ) et sans toilette vaginale après rapports ( glaire péri-cervicale préserve les spermatozoïdes ) ,ils restent en moyenne 72 h .
 

        *dans les milieux défavorables d’une femme ménopausée ou avant la   puberté , chez l’enfant , on retrouve pas de spermatozoïdes dans les prélèvements pratiqués 09 h après l’agression . 
                                                                                         
                *dans les glaires de mauvaise qualité pendant la période post-ovulatoire , les spermatozoïdes se lysent rapidement , il en est de même en cas de rapport extra vaginal anal ou buccal , la toilette avec du savon ou un détergeant .
 

 

 

3*Poils et cheveux : 
    ce sont des indices fréquent surtout en matière d’agression sexuelle ou homicide ; les poils et cheveux  peuvent faire l’objet d’examens morphologiques , sérologiques et toxicologiques .
   l’examen des poils et cheveux a pour but de déterminer l’origine humaine ou animale , d’essayer de préciser leur lieu d’origine et leur circonstance de séparation de l’individu .
 

    a – techniques d’étude morphologique : l’étude comporte d’abord un examen macroscopique puis une étude microscopique , après , des prélèvements doivent être effectués pour la recherche génétiques et toxicologique  .
 
         1*origine humaine :
                chez l’homme , le diamètre moyen est d’environ 50 – 125 µ
                cheveux  = 80 – 100 µ , barbe > 100 µ
                l’indice médullaire < 0.38 ;  chez l’animal > 0.50                                14
 

 

         2*origine ethnique :
                   - les  noirs : sont habituellement très ondulés ( crépus ) , ont une section aplatie en galette , et le diamètre = 60 – 90 µ
                   - les caucasoides : ont une ondulation faible , la section est elliptique
                   - les asiatiques : cheveux non ondulés , raides , section arrondie et diamètre important .
 

            3*estimation de l’âge : est impossible chez l’adulte ; chez le fœtus , les poils ne ne comportent pas de canal médullaire , le diamètre est petit (18 –25 µ )
 

            4*détermination du sexe : par méthode d’identification génétique s’il existe un bulbe .
 

             5*détermination de l’origine topographique : une estimation peut se faire par la morphologie :
                   -  si l’extrémité distale est coupée , il peut s’agir de cheveux  si le diamètre est proche de  80µ et la moelle inconstante ; barbe : diamètre > 100µ et moelle inconstante , 
                   -  si l’ extrémité distale n’est pas coupée mais effilée  il peut s’agir de cheveux longs ,  cils , sourcils longs < 3 – 5 µ , de poils de membre ( diamètre < 60 , longueur < 5 cm ) ,  poils du pubis sont plus longs et habituellement crépus à section réniforme .
 

    B – circonstances de séparation de l’individu :
          * s’il s’agit d’une chute spontanée , les racines sont droites , le bulbe est plein , catogene, sans gaine .
            *S’il s’agit d’un arrachement , le bulbe est creux avec des gaines adhérentes , l’extrémité distale peut présenter une coupure récente ou un aspect rompu .
 

    c – effets de la chaleur : il n’existe pas de modification morphologique , jusqu’à 150 – 175 °Cà partir de cette température , le poil se déforme .
une importante dégénérescence bulbeuse survient à 250 °C , la calcination est totale à 400°C .
 

 

EMPREINTE GENETIQUE 


 

 
 
 
 
 I* Définition :       l’empreinte génétique représente le relevé des caractéristiques génétiques qui permettent d’identifier une personne .
       l’empreinte génétique est utilisée en science médico-légale à des fins d’identification grâce à un principe essentiel de la génétique par l’unicité  biologique des individus .
 

 

 

                                                                            15
 

 

  II*Analyse par la méthode de la PCR :
      1 – principe : le principe de la PCR consiste à cibler une région polymorphe de l’ADN avec un couple d’amorce  qui va encadrer la zone à amplifier sur la molécule dénaturée et à synthétiser les fragments complémentaires en présence d’une enzyme , la DNA ase le plus couramment utilisée étant la T a q polymérase ; ce principe reproduit in vitro la réplication naturelle de l’ADN au cours de sa division cellulaire .
 

      2 – avantages :
           EN MEDECINE LEGALE :
               -cette réaction peut être réalisée sur une très faible quantité d’ADN ( 20 cellules récentes ou anciennes ) et pratiquement qlq soit le support
               -la rapidité des analyses sont d’un grand intérêt dans une enquête ( 12h  pour sang , 72 h pour sperme )
               -cette analyse est sensible et performante mais  a une grande faiblesse c’est la facilité de contamination par un ADN étranger , il faut prendre des précautions .
 

     3 – prélèvements :
               -les gènes doivent être transférés de leur tissu d’origine vers un support biologique ou non ,il s’agit d’un transfert primaire , ce dernier peut être à son tour
 

 
transféré vers un autre support ( transfert secondaire) ; toutefois, à chaque transfert , il existe une perte cellulaire  .
              - on peut prélever toute cellule  potentiellement déposée par une personne sur une vitre , un objet
            
           -  prélever tout objet inconnu pour rechercher toute cellule potentiellement présente ;
           -  ainsi sur une victime d’une agression , possibilité de prélever par écouvillonnage les zones de contact agresseurs + victime ;
           -  possibilité de prélever  tout objet ayant été manipulé par l’agresseur .
 

   4 -  application : l’analyse du profil génétique d’un individu est utile dans les applications variées , elle se rattache en général à des affaires criminelles ou bien sert à établir une filiation .
           - identification d’une tache ou d’un corps : une tache biologique qui ne contient que quelques cellules nuclées peur être analysée dans le but d’obtenir un profil génétique et déterminer l’origine humaine et si nécessaire le sexe de la personne .
            -  il peut dresser le profil génétique à partir d’un corps non identifié
             -  dans les 2 cas , les résultats devront être comparés avec un objet personnel : une brosse à dents , cheveux , avec un membre de la famille afin d’établir une filiation ; il faut être prudent :
 

 
·        un père civil peut ne pas être biologique et ne pas savoir
·        un frère et une sœur ont des ADN différents
                                                  16
 

 

 

              -  identification de l’ADN de l’agresseur : sur les lieux de l’agression , sur une personne ou sur les biens ,on peut retrouver des éléments permettant d’effectuer une analyse d’ADN et de cheveux , sang , sperme , os , cellules épithéliales  .
              -  comparaison avec l’ADN agresseur : lorsqu’un profil ADN a été établi , il pourra être comparé avec un profil génétique effectué à partir d’un prélèvement sanguin ou buccal , sur un ou des éléments suspects , sur des données entrées sur un fichier à partir des personnes condamnées ou suspectes ou des traces inconnues relevées lors d’une enquête criminelle  , recherche en paternité .
 
      DANS LE CADRE D’ UNE PROCEDURE CIVILE :
 

        Il est aujourd’hui très facile de connaître la paternité d’un enfant .
        Les limites de l’analyse ADN :
                           - absence de prélèvements ne permettra pas un  résultat ADN ,
-         prélèvement mal effectué ,
-          prélèvement contaminé .
    
 
 

 

-                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                     17


Publicité





MessagePosté le: Mer 20 Jan - 19:58 (2010)

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:   
  Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet medmatiq Index du Forum » Médecine » 2èm cycle " 3 , 4 et 5 ème année " » Santé publique et Medecine sociale
    

    

  
 

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation



Medmatiq © 2007
Forums amis : MedMar- carrefour-dentaire
skin developed by: John Olson
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com