Bienvenue cher visiteur
Veuillez vous inscrire ou vous connecter

  Nom d’utilisateur:   Mot de passe:   
Index  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  S’enregistrer
 Se connecter pour vérifier ses messages privés
  révision de néphro
Sauter vers:    
  Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet medmatiq Index du Forum » Médecine » 2èm cycle " 3 , 4 et 5 ème année " » Uro-Nephrologie
    
Auteur Message
wissem
Bronz
Bronz

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juil 2009
Messages: 65
Localisation: algérie
Féminin Balance (23sep-22oct)
Point(s): 65
Moyenne de points: 1,00
MessagePosté le: Sam 18 Juil - 14:15 (2009) Répondre en citant

ACIDOSE/ALCALOSE
1. L’acidose métabolique s’observe dans (RF) : vomissements
2. L’acidose métabolique avec hyperkaliémie s’observe dans : l’insuffisance rénale chronique
3. L’insuffisance rénale chronique s’accompagne de : hyperphosphorémie
4. La diminution du capital sodé de l’organisme entraîne une hyponatrémie : c’est faux ; elle entraîne une déshydratation extracellulaire
5. Acidoses qui peuvent s’accompagnées généralement d’un trou anionique : acidose lactique ; acidocétose diabétique ; acidose par intoxication salicylée
6. Alcalose métabolique avec hypochlorémie chez un malade déshydraté fait sus-pectée : l’abus de diurétiques et/ou laxatifs ; une sténose pylorique
7.


TROUBLES HYDROELECTROLYTIQUES
1. Causes de déshydrations extracellulaire (RF) : diabète insipide
2. L’état d’hydratation intracellulaire est reflétée par : osmolalité extracellulaire
3. Patient présentant une IRA avec des signes de déshydratation extracellulaire et hyponatrémie à 120 meq/l  CAT : sérum salé
4. Au cours d’une déshydratation intracellulaire sévère, on peut constater : une sen-sation de soif, sécheresse des muqueuses buccales ; hématome sous-dural (nourrisson)
5. Quelques causes d’hypokaliémie : hypochlorémie ; syndrome de levé d’obstacle
6. Un sujet anurique qui reçoit une perfusion de soluté glucosé isotonique, va présenter : une hyperhydratation globale
7. Signes de la déshydratation intracellulaire : hyperthermie, apathie. (l’agitation et les hallucinations se voient plutôt dans les hyperhydratations intracellulaires).
8. Signes de l’hypokaliémie : polyurie ; syncope ; rhabdomyolyse ; troubles de la concentration des urines ; crampes

INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE
1- Le métabolisme du calcium (au cours de l’IRC) est modifié par : une hypersécrétion de PTH ; une carence en vitamine D active ; l’hyperphosphorémie et l’acidose.
2- Signes observés fréquemment chez un insuffisant rénal chronique : ostéodystrophie ; anémie normochrome peu régénérative ; retard de conduction nerveuse…
3- L’anémie de l’IRC est habituellement : associée à la diminution de la durée de vie des hématies, normochrome, normocytaire, peut régénérative
4- L’IRC s’accompagne le plus souvent de : anémie normochrome ; hyperuricémie ; hypocalcémie
5- L’IRC non traitée s’accompagne presque toujours de : anémie ; hypocalcémie ; acidose métabolique
6- Chez l’insuffisant rénal chronique : un apport alimentaire important de Na+ peut entraîner la positivation du bilan sodé ; une restriction sodique peut rapidement conduire à la déshydratation extracellulaire ; un apport quotidien de calcium est souhaitable
7- Les néphropathies interstitielles chroniques peuvent être consécutives à : une hy-peruricémie chronique ; une hypercalcémie chronique ; un diabète
8- Un patient traité par hémodialyses itératives doit suivre un régime : restreint en potassium ; protéines : 1 mg/kg/j ; riche en calcium.
9- Une polykystose rénale peut se manifester par : une polyglobulie ; une IRC ; une hématurie ; une HTA ; une douleur.
10- Facteurs pouvant décompenser une IRC : déplétion sodée ; traitement diuré-tique ; restriction hydrique ; obstacle sur la voie excrétrice.
11- La quantité minimum de protéine nécessaire pour maintenir une balance azotée chez les malades en insuffisance rénale chronique est : 0,5 g/kg/j
12- La principale forme d’élimination de l’azote dans les urines est : l’urée
13- L’anémie est d’autant plus grave que l’insuffisance est importante mais n’est pas corrigée par la dialyse.

NEPHROPATHIES
1- Syndrome néphrotique corticorésistant  la lésion histologique la plus probable : hyalinose segmentaire et focale des glomérules
2- Une protéinurie sélective : protéine de PM entre 50000 et 90000
3- Signe biologique qui a une valeur diagnostique dans la GNA post-infectieuse à la 2e semaines d’évolution : diminution du complément
4- Une hématurie est le mode de révélation fréquent de : glomérulonéphrite mésangiale de dépôt d’IgA (maladie de Berger)
5- La glomérulonéphrite rapidement progressive peut se rencontré dans : purpura rhumatoïde ; lupus érythémateux ; maladie de Wegener ; syndrome de Goodpasture
6- Chez un garçon de 17 ans qui est revu 2 mois après une GNA post-streptococcique ;  signe biologique péjoratif : persistance de l’hypocomplémentémie.
7- Syndrome néphrotique pur : protéinurie > 3g/24h ; hypoalbuminémie ; insuffisance rénale fonctionnelle
8- Patient de 28 ans présente une protéinurie à 1g le lendemain d’une sinusite fébrile avec hématurie macroscopique ; la TA est normal ; pas d’IRA ; il s’agit de : gloméru-lonéphrite à dépôts d’IgA (maladie de Berger)
9- Syndrome néphrotique avec hypergammaglobulinémie : lupus érythémateux disséminé
10- Définition histologique qui correspond au tableau classique de GNA post-infectieuse : prolifération endocapillaire généralisée diffuse et exsudative
11- Le taux du complément sérique au cours d’une glomérulonéphrite aiguë post-streptococcique est abaissée : du premier jour au 30e jour
12- Une protéinurie à 0,15 g/24h rend peu probable le diagnostic de : néphropathie glomérulaire (GNA ; nécrose lipoïdique….)
13- Eléments qui évoquent plutôt une glomérulonéphrite chronique devant un tableau de protéinurie isolée : protéinurie toujours > 2,5g/24h ; signes focaux de rétrac-tion et de nécrose papillaire à l’UIV.
14- Aspect de pain à cacheter : signifie sclérose glomérulaire donc processus chronique.
15- Le syndrome néphrotique ne se voit pas au cours de : maladie polykystique des reins.
16- Le syndrome néphrotique ne se voit pas en cas : de glomérulonéphrite extramembraneuse (à distinguer de la GN proliférative extra-capillaire).
17- Les Ac anti-membrane basale glomérulaire : maladie de Goodpasture

INSUFFISANCES RENALES AIGUËS
1- Retenir les paramètres biologiques de distinction entre IRA fonctionnelle et IRA organique
2- Dans une IRA par nécrose tubulaire : la récupération de la fonction antérieure est la règle ; l’hyperhydratation cellulaire peut entraîner des crises convulsives ; il existe une tendance hémorragique lorsque la rétention azotée est importante ; une hyper-leucocytose peut exister en l’absence d’infection.
3- L’UIV nécessite des précautions particulières en cas de : diabète ; amylose ; dés-hydratation extracellulaire ; myélome
4- On peut observer une insuffisance rénale aiguë anurique après : pancréatite aiguë ; coma éthylique ; overdose d’héroïne ; une UIV
5- L’IRA par nécrose tubulaire : la récupération de la fonction antérieure est la règle
6- Dans l’IRA : le chiffre d’urée sanguine est proportionnelle au catabolisme azoté et à la filtration glomérulaire ; le chiffre de la créatininémie est proportionnel au degré de la filtration glomérulaire.
7- Une anurie de constitution rapide peut s’observer dans : une néphropathie glo-mérulaire aiguë ; néphropathie vasculaire aiguë ; une dissection aortique
8- Au cours d’une IRA, une épuration extrarénale doit être réalisée si le malade : présente une azotémie à 30 mmol/l ; a une kaliémie > 7 ; a un œdème pulmonaire, acidose.

THERAPEUTIQUE
1- Les diurétiques thiazidiques peuvent induire : une alcalose métabolique hypoka-liémique ; une baisse de la calciurie…
2- Diurétiques ototoxiques : furosémide ; acide étacrynique
3- Le furosémide est le seul diurétique efficace en cas d’insuffisance urinaire
4- Effets secondaires des thiazidiques : hypochlorémie et alcalose.
5- Antibiotique qui peut provoquer une insuffisance rénale aiguë par mécanisme immunoallergique pur : rifampicine
6- Le furosémide : peut être utilisé dans le traitement de l’hypercalcémie ; l’effet diurétique max est obtenu une heure après la prise orale
7- Médicament qui possède une action antiandrogénique : acétate de cyprotérone ; spironolactone

_________________
Si tu pleures de joie, ne sèche pas tes larmes : tu les voles à la douleur


Publicité





MessagePosté le: Sam 18 Juil - 14:15 (2009)

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:   
  Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet medmatiq Index du Forum » Médecine » 2èm cycle " 3 , 4 et 5 ème année " » Uro-Nephrologie
    

    

  
 

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation



Medmatiq © 2007
Forums amis : MedMar- carrefour-dentaire
skin developed by: John Olson
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com