Bienvenue cher visiteur
Veuillez vous inscrire ou vous connecter

  Nom d’utilisateur:   Mot de passe:   
Index  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  S’enregistrer
 Se connecter pour vérifier ses messages privés
  La tomographie par émission de positons (TEP)
Sauter vers:    
  Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet medmatiq Index du Forum » Médecine » 2èm cycle " 3 , 4 et 5 ème année " » Imagerie médicale
    
Auteur Message
alizawa
New
New

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2008
Messages: 7
Point(s): 7
Moyenne de points: 1,00
MessagePosté le: Mar 31 Mar - 13:08 (2009) Répondre en citant

La tomographie par émission de positons (TEP)



La tomographie par émission de positons (TEP), mieux connue sous son appellation anglaise de « PET scan », fut la première technique d’imagerie cérébrale fonctionnelle à voir le jour au milieu des années 1970.

Le phénomène physiologique sur lequel s’appuie la TEP (tout comme l’IRMf d’ailleurs) fut mis en évidence à la fin du 19ème siècle lorsque des neurochirurgiens établirent que les fonctions cognitives modifient localement la circulation sanguine cérébrale. En effet, quand un groupe de neurones devient plus actif, une vasodilatation locale des capillaires sanguins cérébraux se produit automatiquement pour amener davantage de sang, et donc d’oxygène, vers ces régions plus actives.

Lors d’une TEP, on doit injecter au sujet une solution contenant un élément radioactif qui peut être l’eau elle-même ou du glucose radioactif par exemple. Davantage de radioactivité sera donc émise des zones cérébrales les plus active à cause de cette vasodilatation qui amène plus de solution radioactive dans ces régions.

Une écoute subjective ou analytique d’une même pièce de musique par le même sujet active préférentiellement l’hémisphère droit ou l’hémisphère gauche.

Les fameux positons de la TEP proviennent de la dégradation de ce noyau radioactif incorporé dans le système sanguin du sujet. Un positon est une particule élémentaire ayant la même masse qu’un électron mais une charge de signe opposé.

Les positons émis par la dégradation radioactive vont immédiatement s’annihiler avec les électrons des atomes voisins. Cette annihilation produit de l’énergie qui prend la forme de deux rayons gamma émis dans des directions diamétralement opposées.

Une série de détecteurs placés autour de la tête du sujet va ensuite enregistrer les couples de rayons gamme émis et, grâce aux calculs faits par l’ordinateur, identifier la position de leur lieu d’émission. L’ordinateur pourra ainsi, après de nombreux calculs, reconstituer l’image globale du cerveau et de ses zones les plus actives.

PET scan du cerveau d’un alcoolique 10 jours (à gauche) et 30 jours (à droite) après le début de l’abstinence.

Comme la demie-vie des éléments radioactifs employés doit être courte (environ deux minutes), ceux-ci doivent être produits sur place, ce qui implique des coûts assez élevés et limite l’accessibilité des scans à TEP.

En plus de montrer l’activation fonctionnelle du cerveau ou de détecter des tumeurs ou des caillots, la particularité de la TEP est de permettre d’inclure l’isotope radioactif dans certaines substances dont on veut connaître l’utilisation métabolique par certaines régions cérébrales. L’étude des neurotransmetteurs a bénéficié d’une façon importante de cette approche qui a permis de préciser la distribution de plusieurs d’entre eux.

L’image de gauche montre la TEP du cerveau d’un sujet normal. À droite, la TEP révèle un taux de sérotonine (un neurotransmetteur) plus faible chez un sujet atteint de dépression sévère.

Les images produite par la TEP ne rivalisent pas avec celles de l’IRMf en terme de résolution, mais offrent souvent des contrastes de couleurs spectaculaire (les couleurs les plus chaudes correspondant aux zones les plus actives).

Le temps efficace pour tester une tâche est relativement court (moins d’une minute) à cause de la dégradation rapide de la source de radioactivité. Après chaque tâche, le sujet doit attendre plusieurs minute pour que le niveau de radioactivité émis soit négligeable avant de recevoir une nouvelle dose pour la tâche suivante.

Les doses de radioactivité reçues par un sujet durant une session de TEP sont peu élevées, mais on ne permet tout de même qu’une seule session par année à un même sujet.


Publicité





MessagePosté le: Mar 31 Mar - 13:08 (2009)

PublicitéSupprimer les publicités ?
breda31
New
New

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2010
Messages: 3
Point(s): 3
Moyenne de points: 1,00
MessagePosté le: Dim 26 Déc - 15:14 (2010) Répondre en citant

Bonjour,
Je n'ai pas très bien saisi la première expérience. Est ce que quelqu'un pourrait m'expliquer quelle est la différence entre l'écoute "analytique" et l'écoute "subjective".


Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:52 (2016)

Montrer les messages depuis:   
  Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet medmatiq Index du Forum » Médecine » 2èm cycle " 3 , 4 et 5 ème année " » Imagerie médicale
    

    

  
 

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation



Medmatiq © 2007
Forums amis : MedMar- carrefour-dentaire
skin developed by: John Olson
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com