Bienvenue cher visiteur
Veuillez vous inscrire ou vous connecter

  Username:   Password:   
Index  FAQ  Search  Memberlist  Usergroups  Profile  Register
 Log in to check your private messages
  Enzymes sériques
Jump to:    
  Post new topic   Reply to topic medmatiq Forum Index » Médecine » 1er cycle "1ère + 2ème année" » Biologie
    
Author Message
plaquette
Bronz
Bronz

Offline

Joined: 18 Dec 2008
Posts: 67
Point(s): 67
Moyenne de points: 1.00
PostPosted: Sun 1 Feb - 08:39 (2009) Reply with quote

41. Enzymes sériques : enzymes de la cytolyse hépatique, enzymes de la cholestase, enzymes cardiaques et musculaires et enzymes pancréatiques.

 Les enzymes sériques ne représentent quantitativement q’une quantité infine des protéine sanguin.
 Ce sont des protéines d’origine cellulaire qui se divise en 2 groupes :
o Celles qui exercent une fonction dans le plasma (enzyme de la coagulation…)
o Celles qui sont de passage dans le plasma par diffusion transmembranaire, cette diffusion est peu importante (physiologique) et l’↑ de la concentration plasmatique est pathologique et traduit soit une cytolyse cellulaire soit un simple souffrance cellulaire soit ↑ de la synthèse dans la cholestase ou l’inflammation.

I- Enzymes de la cytolyse hépatique : transaminases, LDH et OCT
A- Transaminases
 Les transaminases sont les enzymes majeures de la cytolyse hépatique
 Les transaminases ou aminotransférases selon les recommandations internationales sont des enzymes qui participent au métabolisme intermédiaire des acides aminés.
1- Localisation et action : on distingue 2 types d’enzymes.
 l’alanine aminotransférase (ALAT), ancienne GPT (glutamate pyruvate transaminase) :
o Essentiellement localisée dans le foie et uniquement dans le cytoplasme (demi-vie = 47h)
o Catalyse la réaction :
Acide cetoglutamique + alanine ↔ acide glutamique + acide pyruvique
 l’aspartate aminotransférase (ASAT), ancienne GOT (glutamate oxaloacétate transaminase) :
o Essentiellement localisée dans le cœur, les rein, les muscles et le foie (90% dans les mitochondries)
o Sa demi-vie est de 17 heures, ce qui explique, que dans les situations aiguës, le retour plus rapide de la normale de l’ASAT que de l’ALAT.
o Catalyse la réaction :
Acide cetoglutamique + aspartate ↔ acide glutamique + acide oxaloacétate

2- Exploration :
 Prélèvement sanguin :
o Sérum (pour eviter l’hémolyse)
o Eviter les anticoagulants
 Dosage spectrophotométrique (technique cinétique)
 Valeur normale a 37 °C
o ALAT = 5 – 35ui/l
o ASAT = 5 – 35ui/l
 Pour un sujet normal le rapport ASAT/ALAT > 1
 Les normes sont plus élevées chez l’homme que chez la femme
 Un exercice musculaire violant et prolongé, augmente transitoirement la GOT sans signification pathologique.










3- Intérêt sémiologique :
1- Atteinte cardiaque : en cas d’infarctus de myocarde
 ↑ de la GOT :
o Commence à la 6ème heure après le début de la douleur angineuse.
o Max à la 36ème heure (10à 20 fois la normale)
o Retour à la normale au 5ème jour.
 La hauteur de la flèche est essentiellement proportionnelle à l’étendu de la nécrose.
 ↑ de la GPT :
o Inconstante avec un max de 2 fois la normale.
o Traduit une stase hépatique : foie cardiaque.
2- Atteintes hépatiques :
 Cytolyse hépatique d’origine :
o Toxique : tétrachlorure de carbone CCl4, phalloïde.
o Médicamenteuse : isoniazide (antituberculeux), sulfamides hypoglycémiant.
 Les hépatites virales :
o ↑ précoce des transaminases (1 à 2 semaines avant le début de l’ictère)
o Max au moment de l’accentuation de l’ictère : 10 à 100 fois la normale.
o Et retour à la normale entre 2 à 8 semaines
o Inversion du rapport GOT/GPT qui s’explique par :
- La localisation cytoplasmique de la GPT
- et le temps de demi-vie de la GPT > à celle de la GOT.
 Cirrhose :
o ↑ variable et modérée (max 10 fois la normale) avec un rapport GOT/GPT > 1
o Peut s’observé dans les cholestases et dans les cancers du foie.

B- OCT = ornithine carbanyl transférase:
 Enzyme du cycle d’urée, d’origine exclusivement hépatique
 Dosage spectrophotométrique sur un prélèvement sanguin (Normale = 2 – 15ui/l)
 ↑ dans toutes les maladies hépatiques (cytolyse, inflammation, obstruction, insuffisance hépatocellulaire)
 Son évaluation permet de suivre l’évolution de la maladie (plus nette dans les hépatites virales)


















II- Enzymes de la cholestase :
 Les enzymes de cholestase sont les enzymes dont l’activité sérique augmente en cas de cholestase (stase biliaire).
 Elles sont au nombre de 3 : phosphatases alcalines, 5’ nucléotidases et gamma-glutamyl-transférase (GT).

A- Phosphatases alcalines
1- Localisation et action :
 la phosphatase alcaline est localisée dans le foie et les voies biliaires surtout.
 Mais on le retrouve également dans le placenta (expliquant l’élévation de leur activité chez la femme enceinte), et dans l’os où elles jouent un rôle important dans le métabolisme (expliquant leur élévation chez l’enfant en période de croissance et dans certaines maladies osseuses).
 Ce sont des phosphomonoestérase qui catalyse la réaction suivante : (PH optimal = 8,5)
R-OP → R-OH + M2PO4
2- Exploration :
 Dosage par méthode cinétique spectrophotométrique sur un prélèvement sanguin.
 Valeur normale : adulte = 80ui/l et enfant 160ui/l

3- Intérêt sémiologique :
 Maladies hépatobiliaires :
o Cholestase : l’↑ des PAL est parallèle à celle de la GGT et de la 5’ nucléotidases
o Autres affections hépatiques (hépatite, cirrhose et cancer) : l’↑ des PAL est discrète (max autour de 2 fois la normale)
 Maladies osseuses :
o Rachitisme chez l’enfant
o Chez l’adulte : hyperparathyroïdie, ostéomalacie et maladie de paget

B- 5’ nucléotidase :
 La 5’ nucléotidase est une phosphatase alcaline particulière.
 Elle est plus spécifique du foie (absence d’origine osseuse) mais elle ne doit pas être utilisée en routine car son dosage coûte cher et sa sensibilité est inférieure à celle des GGT.

C- La gamma-glutamyl-transférase (GT) :
1- localisation :
 Glycoprotéine principalement membranaire, localisée essentiellement dans le rein, le pancréas (riches en activité GT). La concentration hépatique en GT est faible (5 à 10% de l’activité rénale).
 Les enzymes circulant et d’origine presque exclusivement hépatobiliaire.

2- Exploration :
 Dosage par méthode cinétique spectrophotométrique sur un prélèvement sanguin.
 Valeur normale : 5 à 35ui/l
 L’alcool stimule la synthèse de la GGT.

3- Intérêt sémiologique :
 ↑ de façon inconstante dans les hépatites, l’↑ est nette dans les cholestase qui peut atteindre (15 à 20 fois la normale)
 La GGT est un marqueur d’imprégnation éthylique (élevée an cas d’alcoolisme)



III- Enzymes cardiaques et musculaires :
 Enzymes cardiaques (CK-MB, GOT, LDH, troponine et myoglobine)
 Enzymes musculaires (CK-MM)

A- Créatine kinase = créatine phosphokinase (CK ou CPK)
1- localisation et action :
 CPK catalyse la réaction suivante : créatine +ATP → créatine P + ADP
 Il existe sous 3 iso enzymes formé par 2 monomères : M (muscle) et B (brain) :
o CPK-MM : essentiellement dans les muscles squelettique (95% de CPK sérique)
o CPK-MB : myocarde (5% de CPK sérique)
o CPK-BB : cerveau (0% dans le sang)
2- Exploration :
 Dosage global sur un prélèvement sanguin par méthode spectrophotométrique = 5 – 70ui/l
 Pour les iso enzymes : dosage de la CK-MB après neutralisation de la CK-MM par un acide spécifique (normalement < à 5% de CK globale)
3- Intérêt sémiologique :
 Atteintes cardiaques :
o ↑ précoce et spécifique de la CK (CK-MB peut atteindre 20% de CK globale)
o Débute à la 3ème heure, max à la 36ème heure (jusqu'à 20 fois la normale) et retour à la normale après 3 jours.
 Atteintes musculaires : myopathies :
o l’↑ peut atteindre 5 à 20 fois la normale.
o CK-MB reste < à 5% de la CK globale.

B- la lacticodéshydrogénase (LDH)
1- localisation et action :
 LDH catalyse la réaction suivante :
Acide pyruvique + NADH, H+ ↔ acide lactique + NAD+
 Il se trouve surtout dans le foie, les muscles squelettiques, le myocarde et les GR.
 Il existe 5 iso enzymes qui sont des tétramères catalysant la même réaction :
o LDH1 (20%) : d’origine cardiaque
o LDH2 (40%) : GR.
o LDH3 (20%) et LDH4 (10%) : pas de spécificité
o LDH5 (10%) d’origine hépatique.
2- Exploration :
 Dosage de la LDH globale sur un prélèvement sanguin par méthode spectrophotométrique (valeur normale = 10 à 200ui/l)
 Pour les iso enzymes : méthode électrophorètique
3- Intérêt sémiologique :
 Atteinte cardiaque : en cas d’infarctus de myocarde
o ↑ de la LDH débute vers 8-10ème heure, max à 72ème heure (10foid la normale) et retour à la normale après 14 jours
o L’↑ de la LDH1 peut atteindre 50% de la LDH globale.
o α hydroxy butyrate déshydrogénase (HBDH) évolue en parallèle avec la LDH1
 Atteintes hépatiques : LDH ↑ au cors de la cytolyse hépatique qui peut atteindre 10 fois la normale
 Anémie hémolytique : peut atteindre 1000ui

D- les nouveaux marqueurs cardiaques :
 Troponine : dans l’infarctus de myocarde devient > à 2mg/l (débute a partir de la 2ème heure)
 Myoglobine : plus précoce, son ↑ débute a partir de la 1 à 2ème heure.
IV- Enzymes pancréatiques : amylases et lipases
 Ces 2 enzymes sont d’origine pancréatique, mais l’amylase est également sécrétée par les glandes salivaires.
 L’amylase est une petite molécules qui franchit facilement le filtre rénal sans modification de son activité (donc dosé dans les urines)

1- Exploration :
 L’amylase est dosée dans le sang (sérum) ou dans les urines de 24h par méthode spectrophotométrique
o Amylase sérique = 20 – 110ui/l
o Amylase urinaire = 20 – 360ui/24h (2 -18ui/h)
 Le lipase est dosé uniquement dans le sang par méthode colorimétrique : on détermine la masse des AG libres à partir d’une solution titrée de huile d’olive.
o Valeur normale en fonction des laboratoires
o Lipasémie < 160ui/l

2- Intérêt sémiologique :
 Pancréatites aigues :
o Dosage devient urgence
o L’↑ de l’amylasémie qui parfois peut être transitoire et ↑ amylasurie
o Lipasémie élevée (le plus spécifique) : persiste après disparition de l’hyper amylasémie.
 Pancréatites chroniques : les ↑ sont modérées
 Maladies extra pancréatiques :
o Cholécystites
o Appendicites
o Ulcères gastro-duodénaux
o Parotidites (l↑ est d’origine salivaire)



_________________
Salut tout le monde, sans moi tout le monde saigne lol.


Publicité





PostPosted: Sun 1 Feb - 08:39 (2009)

PublicitéSupprimer les publicités ?
sidali
Emerald
Emerald

Offline

Joined: 15 Nov 2008
Posts: 909
Masculin Verseau (20jan-19fev)
Point(s): 963
Moyenne de points: 1.06
PostPosted: Thu 5 Feb - 17:09 (2009) Reply with quote

bravo plaquette Mr. Green


fatima zohra
New
New

Offline

Joined: 15 Nov 2009
Posts: 3
Localisation: ALGERIE
Féminin Cancer (21juin-23juil) 猪 Cochon
Point(s): 0
Moyenne de points: 0.00
PostPosted: Tue 17 Nov - 18:56 (2009) Reply with quote

bonsoir,s'il vous plait j'ai besoin d'aide pour mon exposé sur les systèmes tampons et les ochratoxines ,je suis une étudiante en 3eme année génie biologie .merci


Ben
Administrateur
Administrateur

Offline

Joined: 18 Aug 2007
Posts: 7,751
Masculin
Point(s): 1,866
Moyenne de points: 0.24
PostPosted: Tue 17 Nov - 20:41 (2009) Reply with quote

fatima zohra wrote:

bonsoir,s'il vous plait j'ai besoin d'aide pour mon exposé sur les systèmes tampons et les ochratoxines ,je suis une étudiante en 3eme année génie biologie .merci
salut ,
on veut bien t'aider mais comment sur le plan concret, t'as besoin de quoi exactement ?


Display posts from previous:   
  Post new topic   Reply to topic medmatiq Forum Index » Médecine » 1er cycle "1ère + 2ème année" » Biologie
    

    

  
 

Portal | Index | Create forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation



Medmatiq © 2007
Forums amis : MedMar- carrefour-dentaire
skin developed by: John Olson
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group