Bienvenue cher visiteur
Veuillez vous inscrire ou vous connecter

  Nom d’utilisateur:   Mot de passe:   
Index  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  S’enregistrer
 Se connecter pour vérifier ses messages privés
  Motricité digestive : de l’oesophage, de l’estomac, de l’intestin et anorectale
Sauter vers:    
  Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet medmatiq Index du Forum » Médecine » 1er cycle "1ère + 2ème année" » Physiologie
    
Auteur Message
plaquette
Bronz
Bronz

Hors ligne

Inscrit le: 18 Déc 2008
Messages: 67
Point(s): 67
Moyenne de points: 1,00
MessagePosté le: Ven 30 Jan - 10:39 (2009) Répondre en citant

14. Motricité digestive : de l’oesophage, de l’estomac, de l’intestin et anorectale

I- la motricité de l’œsophage :

 l'oesophage est un conduit musculo-membraneux qui joue un rôle mécanique dans la digestion, il est fermé à ces 2 extrémités par 2 sphincters :
o le sphincter supérieur oesophagien SSO :
- constitué par des muscles striés,
- fermé avec une pression permanente de 60 cmH2O.
o Le sphincter inférieur oesophagien :
- constitué par un muscle lisse
- fermé par une pression moyenne de 20 cmH2O qui est supérieure à la pression gastrique afin d'éviter le reflux gastro-oesophagien.
 Le corps de l’œsophage
o le tiers supérieur (muscle strié) et les 2 tiers inférieurs (fibres musculaires lisses)
o comporte 2 couches musculaires lisses : longitudinale externe et circulaire interne,
o sa pression est égale à la pression intra thoracique qui est inférieure à 0 (autour de -5 cmH2O et qui varie avec les mouvements respiratoires).


A- physiologie de la motricité :
1- la déglutition :
 ensemble des mouvements coordonnés qui assurent le passage des aliments de la cavité buccale vers l'estomac
 comporte 3 temps : temps buccal, temps pharyngien et temps oesophagien
 lors de la déglutition :
o la pression augmente brusquement dans le pharynx et peut atteindre 120 cmH2O : onde de déglutition.
o en même temps, le SSO se relâche : onde de dépression qui sera en miroir avec l'onde de déglutition.

2- le péristaltisme :
 la déglutition déclenche une onde péristaltique qui va se propager du muscle strié vers le muscle lisse.
 La vitesse de propagation est en moyenne de 3 à 4 cm/s, elle atteint l'extrémité inférieure de l'oesophage en 9s.
 il y a 2 types de péristaltisme :
o Péristaltisme primaire : l'onde de contact suit l'ouverture du SSO, donc survient après une déglutition.
o Péristaltisme secondaire :
- survient en absence de déglutition, et ceci en 2 conditions : quand le bol alimentaire est volumineux et quand il y a un reflux gastro-oesophagien.
- Il a pour rôle de vider l'oesophage.
 Le SIO se relâche précocement, cela dure 8 à 10s. Ensuite la pression remonte au dessus du niveau basal : c'est la pression de verrouillage, elle permet d'éviter le RGO.





B- régulation :
 le péristaltisme et l'activité myogène spontanée du muscle lisse sont contrôlés par l'innervation :
o Extrinsèque : assurée par le nerf pneumogastrique
o Intrinsèque : assurée par 2 plexus : plexus de MEISSNER et plexus d'AUERBACH
 dans l'oesophage supérieur l'innervation vagale est très importante, elle déclenche la contraction et assure sa propagation. L'innervation intrinsèque module l'activité.
 Au niveau du corps de l'oesophage, l'innervation vagale déclenche la contraction mais la propagation est assurée par l'innervation intrinsèque.
 La régulation du SIO est neuro-hormonale :
o Nerveuse : assurée par le nerf pneumogastrique : lorsque la pression abdominale ↑ la pression du SIO ↑ aussi : c'est le phénomène du réflexe vago-vagal.
o Hormonale :
- certaines hormones ↑ la pression du SIO comme la gastrine et l'histamine.
- d'autres hormones ↓ la pression du SIO comme la sécrétine, le glucagon, la VIP et les progestérones.
o Autres : la théophylline, la caféine, le chocolat et l'alcool ↓ la pression du SIO.

C- conclusion :
 exploration fonctionnelle par : radiologie (TOGD), endoscopie (FOGD), scintigraphie oesophagienne, manométrie et pH-métrie.
 Le RGO est le passage du contenu gastrique dans l'œsophage.
 Le méga œsophage est caractérisé par une chalasie, cardiospasme, apéristaltisme et SIO hypertonique.



























II- la motricité de l’estomac :
 L'estomac comprend deux parties :
o le fundus : c'est un réservoir qui a comme rôle le stockage des aliments.
o l'antre : son rôle est le brassage des aliments avant leur vidange, c'est le moteur de l'estomac.
 la paroi de l'estomac est faite de 3 couches musculaires lisses : circulaire, longitudinale et oblique.
 Son innervation est double :
o Intrinsèque : par le biais des plexus d'AUERBACH et de MEISSNER.
o Extrinsèque : par le biais du nerf X et du nerf splanchnique.

A- les phénomènes moteurs :
1- fundus = réservoir :
 à jeun, l'estomac est une cavité virtuelle.
 lors du repas, le fundus se distend au fur et à mesure de son remplissage sans augmenter de pression : la compliance = adaptation au contenu ou relaxation adaptatrice du fundus.
→ Rôle positif du stockage des aliments.

2- région antro-pylorique = péristaltisme :
 Electromyographie :
o ondes lentes = rythme électrique de base (REB) ayant une fréquence constante et une vitesse qui augmente vers le pylore, ils prennent naissance au niveau de la grosse tubérosité, au voisinage de la grande courbure gastrique, à partir d'une zone de commande: Pacemaker.
o ce REB s'accompagne de potentiel de pointe dans certains cas bien définis qui sont le repas et le jeun prolongé.
 Manométrie : 2 types de contractions en fonction de leur amplitude :
o Contraction de type I : mouvement de segmentation, qui a pour rôle le mixage et le brassage des aliments sans aucune action propulsive.
o Contraction de type II : mouvement propulsif, qui permet d'éjecter le contenu gastrique vers le duodénum.

B- remplissage et vidange :
1- Remplissage : passif grâce à la relaxation adaptatrice du fundus.
2- Vidange :
 commence dès le début du remplissage
 varie en fonction de la nature, du volume et de la consistance du repas :
o rapide pour les repas abondants, liquides et froids,
o et ralentie pour les lipides, les acides et les solutions hypertoniques.
 les aliments solides se transforment en bouillie = chyme avant de traverser le pylore qui constitue un sphincter à double rôle :
o freiner la vidange gastrique en empêchant le passage des gros fragments vers le duodénum.
o empêcher le reflux du contenu duodénal vers l'estomac.
 Contrôle de la vidange :
o Contrôle myogénique : assuré par les ondes lentes.
o Contrôle nerveux :
- Le nerf vague et l'acétylcholine : ↑ le REB et l'amplitude des ondes lentes, donc déclenchent le potentiel de pointe.
- Le nerf splanchnique et l'adrénaline : ↓ la motricité gastrique.
o Contrôle hormonal : toutes les hormones qui ↑ la sécrétion gastrique ↑ la motricité de l'estomac.
o Facteurs physico-chimiques :
- le volume du repas agit par un mécanisme de réflexe vago-vagal.
- l'acidité, la pression osmotique et les lipides ont des récepteurs duodénaux inhibiteurs qui entraînent la sécrétion de certaines hormones comme la sécrétine…
- d'autres facteurs comme la douleur et l'émotion peuvent aussi ralentir la vidange gastrique.

C- vomissement :
 ensemble des réactions motrices qui entraînent le rejet par la bouche du contenu gastro-intestinal, généralement précédé de nausées souvent accompagné de larmoiement, pâleur, sueur…
 Enchaînement des actions motrices du vomissement :
o Fermeture du pylore et disparition des ondes péristaltiques.
o Contraction de l'antre.
o Contraction du diaphragme et des muscles abdominaux.
o Inspiration profonde avec fermeture de la glotte.
 Pas d'anti-péristaltisme.
 La synchronisation et l'enchaînement des mouvements est assuré par un centre bulbaire : le centre de vomissement, mis en jeu par :
o un mécanisme réflexe.
- une stimulation mécanique du pharynx.
- une excitation des labyrinthes.
- une augmentation de la pression intra-crânienne.
- une irritation, une distension, une compression d'un viscère : appendice, lithiase rénale ou biliaire.
o un mécanisme central : action directe de certains médicaments ou substances toxiques.

D- conclusion :
 méthodes d'étude : électromyographie, manométrie, radiocinéma, endoscopie, repas liquide marqué et la scintigraphie gastrique.
 Intérêt :
o accélération de la vidange gastrique : syndrome du dumping
o ralentissement avec stase des aliments dans l'estomac : gastroplégie ou sténose du pylore
o régurgitation pylorique : responsable de gastrite chronique ou ulcère gastrique

















III- la motricité de l’intestin :
La motricité de l’intestin grêle :
 l'intestin grêle mesure 5 à 6 m de long et assure 3 fonctions :
o mélanger les aliments avec les différents sucs digestifs.
o assurer un meilleur contact entre la muqueuse et le contenu intestinal, en vue de l'absorption.
o propulser le contenu intestinal dans le sens caudal.
 sa paroi possède 2 couches musculaire lisses : longitudinale externe et circulaire interne.
 son innervation est double :
o intrinsèque à l'aide du plexus de MEISSNER et d'AUERBACH,
o et extrinsèque par le biais du nerf vague et du nerf splanchnique.

A- Les mouvements intestinaux : 2 types :
 les mouvements de type I :
o leur durée est courte, leur amplitude est variable, et leur fréquence est constante à un niveau donné de l’intestin.
o décroissance par paliers successifs vers l'iléon.
o correspondent à des mouvements de segmentations et assurent le brassage, ils ne sont pas propulsionnels.
 les mouvements de type III : mouvements péristaltiques qui assurent la propulsion.

B- Organisation spatio-temporelle :
1- A jeun :
 l’intestin grêle est le siège d'un complexe moteur migrant CMM,
 il prend naissance au niveau du Pacemaker gastrique qui franchit le pylore et se propage en 90 à 120 min jusqu'à l'iléon, il ne franchit pas la valvule iléo-cæcale.
 cette activité mécanique est bien organisée, propagée et cyclique avec 3 phases différentes :
o Phase 1 (dure 30 à 60 min) : phase de quiescence ou de relaxation.
o Phase 2 (dure 25 à 60 min) : faite d'une activité irrégulière où les contractions sont d'abord faibles et localisées et deviennent progressivement plus puissantes et propagées.
o Phase 3 (dure 5 à 10 min) : activité régulière faite de contraction qui sont propagées avec une vitesse plus grande au niveau du duodénum qu'au niveau de l'iléon.
2- Au cours du repas :
 arrêt de CMM
 et apparition d'une activité motrice irrégulière à la fois segmentaire et propulsive.

C- contrôle de la motricité intestinale :
 contrôle myogène : représenté par des ondes lentes ou REB sur lesquelles se greffent les potentiels de pointe
 contrôle nerveux :
o Intrinsèque :
- n'est pas nécessaire pour la segmentation
- mais indispensable pour le péristaltisme.
o Extrinsèque : ne déclenche pas la motricité mais il va la contrôler. Ainsi la stimulation du:
- système parasympathique ↑ la motricité
- système sympathique ↓ la motricité en diminuant le rythme de base.
 Contrôle hormonal :
o la gastrine et la thyroxine ↑ la motricité.
o la sécrétine et le glucagon ↓ la motricité.

D- conclusion :
 méthodes d’études : radiocinéma, électromyographie, manomètre et appréciation globale de la durée du transit.
 intérêt :
o diminution de la motricité dans le syndrome d'occlusion fonctionnelle ou iléus paralytique.
o augmentation de la motricité en cas de diarrhée.

La motricité colique :
 le côlon assure
o les dernières transformations du chyme alimentaire en matière fécale,
o l'échange d'eau et d'électrolytes ainsi que la digestion bactérienne.
 le côlon est un tube de 1,5 m, fermé à ses 2 extrémités par 2 sphincters :
o valvule iléo-cæcale à son extrémité supérieure.
o sphincter anal dans à son extrémité inférieure.
 composé par 2 couches musculaires lisses : longitudinale externe et circulaire interne.
 Son innervation est double :
o Intrinsèque par le plexus de MEISSENER et AUERBACH.
o Extrinsèque par le système parasympathique et sympathique.

A- les mouvements segmentaires :
 stationnaires, non propulsifs.
 ce sont les contractions anulaires rythmiques qui provoquent la segmentation du contenu intestinal et favorisent les mouvements hydro-électrolytiques à ce niveau.

B- les mouvements propulsifs : ils sont de 2 types en fonction de leur siège anatomique :
 Au niveau du côlon droit et transverse : les mouvements s'effectuent sur des petits segments de 3 à 4 cm.
 Au niveau du côlon gauche et sigmoïde : le mouvement est plus étendu et plus puissant assurant le remplissage du rectum une à deux fois par jour.

C- contrôle de la motricité :
 contrôle myogène.
 contrôle nerveux.
 contrôle hormonal.
 autres facteurs :
o le sommeil inhibe la motricité.
o le repas stimule la motricité : réflexe gastro-colique.
o es médicaments.
o les états psycho-affectifs…

D- conclusion :
 les méthodes d'étude : radiocinéma, temps de transit, manométrie et électromyographie.
 Intérêt :
o Diarrhée par disparition des mouvements de segmentation.
o Constipation





IV- la motricité anorectale :

 La motricité anorectale assure 2 fonctions physiologiques : la défécation et la continence.
 C'est une activité cyclique dans laquelle la phase de continence est la plus longue.
 L'arrivée des matières fécales dans le rectum entraîne une distension des parois rectales ce qui entraîne une perception consciente du besoin d'aller à la selle.
 le canal anal est constitué par 2 sphincters : lisse interne et strié externe.
 pendant la période de continence, le canal anal et le rectum forment un angle droit à cause de la contraction du muscle releveur de l'anus.

A- besoin pouvant être satisfait : la défécation :
1- Description :
 contraction des muscles abdominaux et du diaphragme
 disparition de l'angulation ano-rectale à la suite du relâchement des muscles releveurs de l'anus.
 fermeture de la charnière recto-sigmoïdienne.
 relâchement des sphincters anaux ce qui permet aux contraction de chasser les matières fécales.
 la fin est marquée par des contractions brutales des muscles releveurs de l'anus.

2- Mécanisme :
 c'est un réflexe médullaire sous contrôle cérébral.
 l'enchaînement des mouvements est cordonné par le centre médullaire sacré.
 la section de la moelle lombaire entraîne une défécation réflexe mais le sujet est incontinent par abolition du contrôle cérébral.

B- besoin différé : l’incontinence :
 le tonus sphinctérien permanent dépend de la contraction du sphincter interne (sa pression est autour de 40 et 60 cmH2O)
 l'angulation ano-rectale est maintenue par la sangle des muscles releveurs.
 les réflexes recto-sphinctériens : l'augmentation de la pression rectale entraîne
o une ↓ du tonus du sphincter interne = réflexe recto-anal inhibiteur (RRAI),
o et une ↑ du tonus du sphincter externe.
 contraction volontaire du sphincter externe : efficace, le muscle strié se fatigue en moins d'une minute.
 La capacité de distension des parois rectales ou compliance fait disparaître la sensation de besoin.

C- conclusion :
 La motricité anorectale assure 2 fonctions physiologiques : la défécation et la continence.
 Intérêt : incontinence anale par défaillance du contrôle sphinctérien.





_________________
Salut tout le monde, sans moi tout le monde saigne lol.


Publicité





MessagePosté le: Ven 30 Jan - 10:39 (2009)

PublicitéSupprimer les publicités ?
sidali
Emerald
Emerald

Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2008
Messages: 909
Masculin Verseau (20jan-19fev)
Point(s): 963
Moyenne de points: 1,06
MessagePosté le: Jeu 5 Fév - 23:06 (2009) Répondre en citant

merci pour le partage plaquette


dasilvera200
New
New

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mai 2009
Messages: 3
Localisation: senegal
Féminin Poissons (20fev-20mar) 馬 Cheval
Point(s): 3
Moyenne de points: 1,00
MessagePosté le: Lun 25 Mai - 14:35 (2009) Répondre en citant

salut qu'est ce qu"est ce qui se passerais si on empoisonait les ganglions intramurax <img src=" border="0" class="xooit-smileimg" /> de'auerbach et de meissner

_________________
salut a tous


MSN
rubi
New
New

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2010
Messages: 2
Féminin
Point(s): 2
Moyenne de points: 1,00
MessagePosté le: Lun 7 Juin - 20:40 (2010) Répondre en citant

merci merci merci  c'est vraiment très intéressant tu as tres bien expliquer le cours ca ma aider de reviser  bravo


MSN
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:35 (2018)

Montrer les messages depuis:   
  Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet medmatiq Index du Forum » Médecine » 1er cycle "1ère + 2ème année" » Physiologie
    

    

  
 

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation



Medmatiq © 2007
Forums amis : MedMar- carrefour-dentaire
skin developed by: John Olson
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com