Bienvenue cher visiteur
Veuillez vous inscrire ou vous connecter

  Nom d’utilisateur:   Mot de passe:   
Index  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  S’enregistrer
 Se connecter pour vérifier ses messages privés
  Les marqueurs tumoraux
Sauter vers:    
  Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet medmatiq Index du Forum » Médecine » 1er cycle "1ère + 2ème année" » Physiologie
    
Auteur Message
plaquette
Bronz
Bronz

Hors ligne

Inscrit le: 18 Déc 2008
Messages: 67
Point(s): 67
Moyenne de points: 1,00
MessagePosté le: Jeu 15 Jan - 20:53 (2009) Répondre en citant

I- définition :
 toute substance correspondant à la présence ou au développement d'une tumeur maligne.
 En biochimie clinique, le terme de marqueur tumoral correspond à des substances sécrétées dans le sang par la tumeur et donc à des substances détectables et dosables par les méthodes analytiques de biochimie.
 Cette définition s'oppose à la démarche des anapath qui travaillent sur la tumeur elle-même. Pour eux les MT correspondent à ce qu'ils repèrent sur la cellule maligne par l'examen cytologique.

II- classification :
 les protéines foetales :
o ACE (Antigène Carcino-Embryonnaire)
o AFP (Alphafoetoprotéïne)
 les hormones et leurs métabolites :
o Hormone Chorionique Gonadotrope (HCG),
o catécholamines, sérotonine, insuline, gastrine, calcitonine.
 les immunoglobulines : par exemple les immunoglobulines monoclonales des myélomes
 les enzymes :
o phosphatases alcalines,
o PAP (Phosphatases Acides Prostatiques),
o NSE (Neurone Spécifique Enolase)
 les antigènes de différenciation mis en évidence dans les lignées cellulaires tumorales : CA 125, CA 19-9, CA 15-3, TPA, Antigène SCC, Cyfra 21-1
 les antigènes spécifiques d'organe : PSA (antigène spécifique de la prostate)

III- principes du dosage :
 Les marqueurs peuvent être dosés dans le sang ou dans les urines du patient
 Ils peuvent également être détectés sur les coupes histologiques dans les tissus tumoraux grâce aux techniques d'immunohistochimie.

IV- signification :
A- Les antigènes oncofoetaux
 protéines présentes à l'état normal à la surface de certaines cellules du foetus.
 disparaissent rapidement à la naissance.
 2 types de ces antigènes sont couramment utilisés comme marqueurs tumoraux.
o L'Antigène Carcino-Embryonnaire (ACE) :
- il est ↑ dans un grand nombre de cancers : digestifs, gynécologiques, médullaire de la thyroïde, et broncho-pulmonaire
- utile dans la surveillance des cancers colorectaux
- il peut être élevé dans des situations bénignes : tabagisme, hépatite, cirrhose hépatique, pancréatite chronique, insuffisance rénale...
o L'alphafoetoprotéine (AFP) :
- très utile pour les cancers du testicule et les cancers primitifs du foie
- l'AFP avec βHCG, est très utile pour le diagnostic et la surveillance des tumeurs germinales non séminomateuses du testicule après la chirurgie ou pendant la chimiothérapie.
- elle peut être ↑ au cours de cirrhoses et des hépatites chroniques.
- Intérêt dans le dépistage des anomalies du tube neural du fœtus ; spina bifida et anencéphalie.
B- les hormones :
 L'Hormone Chorionique Gonadotrope (HCG) :
o glycoprotéine synthétisée par les cellules syncitio-trophoblastiques
o formée de deux sous unités et
o présente à l'état normal lors d'une grossesse.
o L'existence de taux très élevés pendant la grossesse ou la persistance après un avortement est un signe de chorio-carcinome ou môle hydatiforme.
o très utile dans les tumeurs germinales non séminomateuses du testicule.

 Autres hormones
o La calcitonine
- hormone sécrétée par la glande thyroïde, qui régule le taux de calcium dans le sang.
- constamment élevée dans le cancer médullaire de la thyroïde.
o La Thyroglobuline : marque les cancers différenciés de la thyroïde,
o Prolactine, TSH, ACTH : souvent élevés dans certaines tumeurs hypophysaires et hypothalamiques.
o Les Catécholamines et leurs dérivés : significatives dans les neuroblastomes et les phéochromocytomes.
o la sérotonine : importante dans les tumeurs carcinoïdes
o Gastrine sérique : augmentée dans le gastrinome,
o L'Insuline : élevée dans l'insulinome

C- Les immunoglobulines monoclonales (IGM) : élevée dans le myélome multiple, la maladie de Kahler et la maladie de Waldenström.

D- Les enzymes sériques :
 la phosphatase acide prostatique (PAP) :
o forte élévation de leur taux sanguin en cas de cancer prostatique évolué, surtout s'il s'accompagne de métastases.
o surveillance d'un cancer de la prostate sous traitement.
 Les phosphatases alcalines :
o souvent élevées mais de façon non spécifique, en cas de métastases hépatiques ou osseuses.
o Leur dosage, associé à celui de la gamma-glutamyl transférase (GGT) peut être significatif de métastases hépatiques.
 La Neurone Spécifique Enolase (NSE) :
o élevée dans le carcinome anaplasique à petites cellules du poumon.
o également augmentée dans le neuroblastome.
 La Lacticodéshydrogénase (LDH) : révélateur de la masse tumorale dans certains lymphomes non Hodgkiniens,











E- les antigènes :
 protéines présentes à la surface de certaines cellules cancéreuses
 Ils sont reconnus par des techniques immunologiques utilisant des anticorps monoclonaux.
 On distingue :
o Le CA 125 :
- utile dans les cancers de l'ovaire.
- l'↑ de son taux sanguin est corrélée avec l'évolution clinique
o Le CA 19-9 : ↑ dans le cancer du côlon et dans l’adénocarcinome du pancréas
o Le CA 15-3 : utile dans la surveillance du cancer du sein
o L'antigène SCC (Squamous Cell Carcinoma) :
- ↑ dans les cancers du col utérin
- et la surveillance thérapeutique des cancers épidermoïdes tels que le cancer de la bouche, du pharynx, du larynx, de l'oesophage.
-
o Le TPA (Tissue Polypeptide Antigen)
- associée aux revêtements épithéliaux notamment de la vessie.
- Son élévation est en corrélation avec le stade clinique de la tumeur.
o Le Cyfra 21-1
- utilisé dans les cancers épidermoïdes bronchiques et dans les adénocarcinomes broncho-pulmonaires.
- Il est surtout employé pour l'orientation du diagnostic histologique de la tumeur.
o L'antigène spécifique de la prostate (PSA)
- Plus son taux est élevé, plus la probabilité de cancer augmente.
- intérêt dans le bilan d'extension et dans la surveillance de la maladie pendant et après le traitement.

V- conclusion :
 Les marqueurs tumoraux sont nombreux mais leur spécificité n'est jamais absolue.
 leur dosage est coûteux d’où les indications doivent être mesurées
 leur intérêt reste très limité en matière de dépistage, ils jouent cependant un rôle fondamental dans la surveillance de certains cancers surtout lorsque leur taux est élevé au moment du diagnostic.



_________________
Salut tout le monde, sans moi tout le monde saigne lol.


Publicité





MessagePosté le: Jeu 15 Jan - 20:53 (2009)

PublicitéSupprimer les publicités ?
sidali
Emerald
Emerald

Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2008
Messages: 909
Masculin Verseau (20jan-19fev)
Point(s): 963
Moyenne de points: 1,06
MessagePosté le: Mar 27 Jan - 11:44 (2009) Répondre en citant

(y) plaquette


samihicham
New
New

Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2016
Messages: 2
Masculin
Point(s): 2
Moyenne de points: 1,00
MessagePosté le: Mer 10 Aoû - 09:22 (2016) Répondre en citant

Bonjour;


je conforme ce qui a été dit, la présence d'une mole hydatiforme provoque une sécrétion très élevé de la bhCG, après une curetage il faut surveiller ce taux qui doit chuter jusqu’à 8 / 10 UI. sinon c'est un signe que des cellules molaires sont encore la.
il y plus d'informations sur ce site grossesse molaire


Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:16 (2016)

Montrer les messages depuis:   
  Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet medmatiq Index du Forum » Médecine » 1er cycle "1ère + 2ème année" » Physiologie
    

    

  
 

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation



Medmatiq © 2007
Forums amis : MedMar- carrefour-dentaire
skin developed by: John Olson
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com