Bienvenue cher visiteur
Veuillez vous inscrire ou vous connecter

  Nom d’utilisateur:   Mot de passe:   
Index  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  S’enregistrer
 Se connecter pour vérifier ses messages privés
  Les promesses du coeur bionique
Sauter vers:    
  Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet medmatiq Index du Forum » Clubs medmatiq » Sciences et technologies     
Auteur Message
Black-killer
Fidèle
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2007
Messages: 4 543
Point(s): 992
Moyenne de points: 0,22
MessagePosté le: Lun 27 Oct - 22:01 (2008) Répondre en citant

Une équipe française vient d'annoncer avoir mis au point d'un coeur artificiel. Les premiers patients pourraient en être équipés en 2011.


Le rêve d'un coeur artificiel, capable de remplacer l'organe malade, va-t-il enfin se réaliser ? C'est l'immense espoir suscité par le Pr Alain Carpentier, célèbre chirurgien de l'hôpital européen Georges Pompidou, à Paris.

Carmat/DR
Le prototype de coeur artificiel développé par le Pr Alain Carpentier avec la société Carmat.

Le 27 octobre, il a révélé le projet de Carmat, la start-up dont il partage désormais le capital avec EADS (groupe Lagardère) et la société de capital risque Truffle. Le chercheur avait déjà inventé, il y a quarante ans, des prothèses de valves cardiaques aussitôt adoptées dans le monde entier. Aujourd'hui, à 75 ans, il se dit capable de remplacer, non plus de simples « pièces détachées », mais la pompe elle-même. Autrement dit, les deux ventricules qui propulsent le sang dans les artères.
Ce coeur de rechange, fruit de quinze années de travail, est destiné aux patients atteints d'insuffisance cardiaque au stade terminal. Pour l'instant, nombre d'entre eux décèdent faute d'avoir pu bénéficier d'une transplantation. La liste d'attente, qui ne cesse de s'allonger, compte actuellement 1500 personnes en France, alors que moins de 400 opérations sont réalisées chaque année.
A première vue, l'objet ressemble, à une cornemuse. Sorte d'outre munie de deux tuyaux et percée de deux trous, il ne laisse rien voir de son système d'électronique embarqué, né du savoir-faire d'EADS en matière de missiles. Des capteurs sophistiqués permettent en effet au coeur artificiel de s'adapter, comme un vrai, à l'effort physique, en modulant les débits et les fréquences d'expulsion du sang. Ce bijou de technologie ne pèse que 900 grammes et il devrait pouvoir être placé, grâce à sa forme anatomique et à sa taille réduite, dans la cage thoracique des patients les plus menus.
Avec ce prototype, le Pr Alain Carpentier espère résoudre la plupart des problèmes posés par le tout premier coeur artificiel entièrement autonome, Abiocor, conçu aux Etats-Unis. Ce dernier avait été implanté dans la poitrine de 14 patients entre 2001 et 2004, prolongeant leur vie de seulement 5 mois en moyenne. Le modèle de Carmat est plus petit, plus durable et surtout constitué de matériaux biologiques, ce qui évite la formation de caillots et le risque, élevé, de thrombose. « Le sang coagule au contact d'un matériau perçu comme étranger, rappelle Jean-Claude Cadudal, le président de la société. Nous avons donc utilisé du péricarde [NDLR : tissu cardiaque] de veau et de porc, associé à des dérivés du téflon, pour fabriquer les membranes intérieures. » L'astuce était à l'origine, déjà, du succès des prothèses de valves cardiaques du Pr Carpentier.
Les tests de ce coeur bionique réalisés sur sept veaux se sont révélés probants. Le premier essai clinique devrait donc commencer en 2011, en France. Les patients seront opérés dans cinq hôpitaux, Georges Pompidou et La Pitié-Salpétrière, à Paris, Laennec à Nantes (Loire-Atlantique), le centre chirurgical Marie Lannelongue, au Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine) et l'hôpital cardiologique, à Lyon (Rhône). « Les modèles de la première génération auront une durée de vie de cinq ans », précise Jean-Claude Cadudal. Il ne reste plus qu'à choisir la technologie permettant d‘alimenter le dispositif en énergie. L'une des options consiste à incruster une sorte de « prise » en titane dans l'os du crâne, à la manière d'un implant dentaire. L'autre options serait d'utiliser un appareillage sans fil, permettant de recharger la batterie à travers la peau.

_________________


Publicité





MessagePosté le: Lun 27 Oct - 22:01 (2008)

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:   
  Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet medmatiq Index du Forum » Clubs medmatiq » Sciences et technologies     

    

  
 

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation



Medmatiq © 2007
Forums amis : MedMar- carrefour-dentaire
skin developed by: John Olson
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com